Partager cet article

RSS
Magazine
 

Que faire avec du surimi ?

  Envoyer Imprimer  

Les bâtonnets de surimi, à moins de les grignoter avec de la sauce cocktail, vous ne voyez pas trop comment les manger ? Voici nos idées pour en faire des plats savoureux et... raffinés ! (Juin 2006)
 


A l'apéritif, oui mais...
Vous aviez pour habitude de proposer des bâtonnets de surimi avec une sauce cocktail, du ketchup ou de la mayonnaise pour vos apéritifs. C'est bien, mais c'est passer à côté d'une multitude de recettes originales, bien plus appétissantes et raffinées.

Ainsi, prenez simplement la peine de couper les bâtons en tranches et de les embrocher sur des piques avec des ingrédients tel que des crevettes, du concombre... Pas beaucoup plus long et déjà bien plus esthétique.
Pensez également à utiliser le surimi râpé. De cette façon, vous pourrez le transformer en une farce qui garnira des écorces d'agrumes, des moitiés d'avocats légèrement évidées ou des jolies tomates grappe auxquelles vous aurez ôté le chapeau avant de les épépiner. Avec son goût marin plutôt léger, le surimi autorise là des associations aussi originales que délicieuses, notamment les mélanges sucrés-salés (dés d'ananas, quartiers d'agrumes...).

Par ailleurs, sans vous compliquez la vie outre mesure, lancez-vous dans la confection de cakes, quiches et autres tartes. Version miettes ou bâtons coupés en tronçons, le surimi s'y glisse à la place des lardons et apporte une saveur iodée agréable. A agrémenter de ciboulette, un mariage toujours réussi, de crevettes roses pour encore plus de parfum, ou de carottes pour un total look orange.
Adeptes de la tendance dip - ces sauces pour tremper des bâtonnets de crudités - sachez que les miettes de surimi mélangées à du fromage blanc donnent une sauce fraîche et légère, encore meilleure agrémentée de lamelles de radis qui apportent croquant et piquant. Et l'apéritif s'équilibre avec gourmandise...

Enfin, égayez vos buffets d'une touche d'exotisme en tentant une recette de samoussas. Faciles et très rapides, ils contiennent surimi et gouda, le tout enfermé dans une feuille de brick. Faites-les tout petits, ils se grignotent ainsi de façon ludique. Et si vous vous sentez plutôt l'âme asiatique, optez pour des tempuras. Il vous suffit alors de tremper les bâtonnets dans une pâte faite de farine, levure et eau avant de les faire frire dans l'huile bouillante. Prévoyez des sauces soja, nuoc-mâm ou du gingembre pour accompagner.

Un plat de résistance, pourquoi pas ?
Ce n'est pas parce qu'il est presque toujours consommé froid en en-cas qu'on ne peut servir le surimi en plat de résistance. Au contraire, constitué de chair de poisson, il trouve en toute légitimité sa place en corps de repas.
Pour ne pas vous tromper dans le choix des recettes, adoptez le réflexe de l'employer à la place de la chair de crabe. Certes, le goût sera moins fin mais vous obtiendrez un résultat tout à fait savoureux à moindre frais. En gratin, dans un flan, une omelette, un soufflé, sur une assiette de pâtes, ou mijoté avec un assortiment de fruits de mer, à servir en corolle de pâte filo, etc, tout est permis !

Pour finir, n'hésitez pas à l'utiliser pour concocter des accompagnements élégants à base de légumes. Mixez des brocolis blanchis avec quelques bâtons, et vous obtiendrez une mousse fine et légère. Autre possibilité : réalisez plusieurs mousses de différentes couleurs, liées à la gélatine, et superposez-les harmonieusement. Voilà un sublime millefeuille du plus bel effet en entrée ou sur un buffet.

Le surimi, c'est quoi exactement ?
On a beau en avoir toujours dans son frigo, on ne sait pas forcément que le surimi est en fait une pâte réalisée à partir de chair de différents poissons. Cette chair est, aussitôt après la pêche, coupée en lamelles, rincée à l'eau douce et malaxée en pâte. La plupart du temps, elle est aromatisée aux extraits naturels de crustacés, et notamment de crabe et de langouste, pour renforcer son goût. Quant à la partie orangée, c'est au paprika qu'on la doit. Ce sont les Japonais qui ont inventé ce produit à la fin du Moyen-Age, au départ dans le but de conserver les poissons plus longtemps.

Sachez pour finir que le surimi convient particulièrement à l'équilibre alimentaire. Très pauvre en graisses, et par conséquent en calories (75 kcal/100 g en moyenne), il affiche une teneur élevée en protéines, en magnésium et phosphore et en vitamine B12. Pas si mal finalement pour un produit souvent bien peu considéré, non ?


Magazine Cuisiner Envoyer Imprimer Haut de page

Mon carnet de recettes