Perrier, une marque qui bulle depuis 150 ans

C'est l'histoire d'une bouteille verte 100% française qui commence en 1863 et qui a connu une ascension spectaculaire jusqu'à nos jours. Devenue iconique et représentative de son pays, l'histoire de Perrier n'est pas prête de s'arrêter.

Perrier, une marque qui bulle depuis 150 ans
© Perrier
couple dansant 1980
VILLEMOT Bernard,Couple dansant,1980. © Adagp, Paris 2011

La source Perrier est située dans le lieu dit "les Bouillens" dans le Gard. Naturellement gazeuse, cette source désaltérrait déjà les soldats Romains au IIe siècle avant J.-C. Ceux-ci appréciaient particulièrement sa fraîcheur. Ils sont les premiers à édifier un bassin de pierre et quelques constructions autour de la Source. Ces aménagements préfigurent déjà l'établissement thermal qui sera fondé autour de cette même source, beaucoup plus tard. L'exploitation commence véritablement avec le décret signé en 1863 par Napoléon III. L'eau de la Source est reconnue comme eau minérale naturelle. Grâce à de nombreux scientifiques qui mettent en évidence les propriétés thérapeutiques de l'eau gazeuse, le domaine voit arriver les premiers curistes. Mais en 1869, un incendie ravage les installations de Vergèze et malgré les tentatives d'Alphonse Granier, la Source cesse toute activité en 1884.

la femme noire 1977 adagp paris 2011
VILLEMOT Bernard,La femme noire,1977. © Adagp, Paris 2011
En 1898, Louis-Eugène Perrier devient propriétaire de la source des Bouillens. Docteur, homme politique, ardent promoteur des vertus des eaux thermales, il achète la source et l'Etablissement Thermal de Vergèze rebaptisés Société des Eaux Minérales, Boissons et Produits Hygiéniques de Vergèze. Pour conditionner et transporter une eau qui contient trois fois son volume de gaz, le docteur s'attache à élaborer une bouteille en verre dont le bouchage est parfaitement hermétique. Reste un défi de taille : vendre de l'eau à des Français qui boivent essentiellement du vin. Confronté à un manque de moyens financiers, il rencontre St John Harmsworth. C'est le coup de foudre.

En 1903, Harmsworth rachètant les parts du docteur et donne à la Source le nom de celui qui a tant fait pour elle. Inspiré des massues indiennes qu'il utilise pour entretenir sa forme physique, Harmsworth donne à la bouteille de PERRIER sa forme iconique.
Harmsworth ouvre les portes de l'Empire britannique.
Son idée : séduire l'armée des Indes avec les qualités uniques de sa petite bouteille. Une fois connue dans les colonies, l'eau de PERRIER est bue à Buckingham et se voit décerner en 1905 le titre de "Fournisseur Breveté de sa Majesté le Roi d'Angleterre".
En 1933, la Source PERRIER est déclarée "Déclarée d'Intérêt Public". Elle produit 19000000 de bouteilles dont "seulement" la moitié part à l'exportation. La France est conquise. St John Harmsworth a considérablement développé la Compagnie de la source PERRIER et lui a également donné une identité et une image très fortes.

perrier bottles 1983 the andy warhol
WARHOL Andy,PERRIER Bottles,1983. © The Andy Warhol Foundation for the Visual Art,Inc./ ADAGP, Paris 2011
Après la guerre, les eaux minérales prennent un essor considérable. Mais la Source PERRIER a besoin d'être rénovée. Les fonds manquent et en 1947, les actionnaires vendent. Personne ne semble vraiment intéressé. Jusqu'à ce qu'un jeune agent de change, Gustave Leven, en découvrant une source quasi à l'abandon, finisse par conclure que si les Vergèzois peuvent vendre une eau minérale naturelle à un prix trois fois supérieur à celui d'une bouteille de vin, c'est que la Source renferme un potentiel extraordinaire. Il l'achète et met en place un vaste plan de modernisation industrielle. De 1948 à 1952 la production passe de 30 à 150 millions de bouteilles ! De 6 000 m2, l'usine qu'on appelle désormais "la cathédrale" s'étend désormais sur plus de 26 000 m².
En 1954, le site de Vergèze devient un véritable site intégré. les capsules sont fabriquées sur place, les caisses d'emballages aussi. En 1973, la Verrerie du Langedoc produira l'ensemble des bouteilles. Enfin, pour faire décoller les ventes, Gustave Leven confie à Jean Davray, son complice de toujours, la mission de faire connaître la marque PERRIER. De cette association naîtra une des plus belles sagas publicitaires de ce siècle.
Avec une présence dans 150 pays, Perrier est l'une des boissons françaises les plus exportées. Toujours à l'avant-garde, la marque adopte un registre décalé et audacieux, cherchant à souligner sans cesse l'élégance qui la caractérise. Des campagnes de pub aux éditions limitées, de grands noms de la scène artistique accompagnent Perrier depuis toujours. "Perrier, c'est fou !"