Les goûts et les trucs de Céline Mollard Témoignage : les goûts et les trucs de Céline Mollard

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots...

Je m'appelle Céline, j'ai 36 ans et j'habite Lyon. Je suis cheminote, une histoire de famille comme la cuisine d'ailleurs. Ma famille est épicurienne, nous sommes gourmands et gourmets. Mes parents, dès l'enfance, nous ont, ma sœur et moi, emmenées au restaurant (Bistrot Guérard, Institut Vatel...) pour nous faire découvrir d'autres goûts, une autre cuisine. Ces jours-là étaient des jours de fête, synonymes de plaisir.

 

Comment avez-vous appris à cuisiner ?

J'ai eu de bons modèles. Une Maman au foyer concoctant de bons petits plats tous les jours, des grands-mères passant du temps devant les fourneaux et des livres de recettes à profusion, voilà les ingrédients qui m'ont attirée dans une cuisine vers l'adolescence. J'ai commencé par le cake de Françoise Bernard et peu à peu j'ai élargi mes horizons culinaires.

 

A quel moment préférez-vous cuisiner ?

Je n'ai pas de moment préféré. Seule l'envie me guide. Les week-ends, les vacances sont évidemment des moments plus propices à la cuisine. Mais si une recette me tente, je la teste même si je suis la seule convive !

 

Cuisiner : un hobby, une passion ou un pensum ?

Cuisiner fut d'abord un hobby et doucement une passion. J'aime passer du temps dans une cuisine pour le plaisir de mes convives. Je me transforme volontiers en pâtissière au travail ; mes collègues sont des "cobayes" consentants ! Je cuisine beaucoup pour ma famille et mes amis. Il faut même me freiner dans mes envies de tester de nouvelles recettes. Ma plus grande récompense est le silence de mes invités après la première bouchée mais également mes nièces se resservant d'un gratin d'aubergines !

Le gratin dauphinois me rappelle mon enfance...

Avez-vous d'autres hobbies ou passions ?

Je suis une grande lectrice et pas uniquement de livres de recettes ! Je dévore les thrillers. La cuisine est une activité manuelle, je suis une adepte des loisirs créatifs tels la broderie, le collage, la pâte à sel... J'aime aussi prendre des photos pour saisir des instants, pour conserver une trace. Dans un domaine totalement différent, je suis assidûment le Championnat du monde de Formule 1 depuis plus de 25 ans !

 

Les plats que vous réussissez le mieux ?

J'aime cuisiner tous les plats pouvant composer un menu mais ma gourmandise sucrée a un petit penchant pour le chocolat. Et ce n'est pas mes proches qui vont s'en plaindre !

 

Votre recette préférée ?

Je suis une accro aux recettes à base de chocolat : mousse, fondant, coulant... Mais certaines recettes juste par le souvenir de leurs effluves ou de leur goût me ramènent à mon enfance et ont une place toute particulière dans mon cahier de recettes comme le gratin dauphinois, le pudding, la daube provençale ou encore la galette flamande.

 

Prendre des photos des plats : pénible ou amusant ?

C'est un plaisir. Prendre des clichés de mes plats est un bon moyen d'allier deux passions.

 

Une bonne adresse de restaurant ?

A Lyon, nous ne manquons pas de restaurants. J'en retiendrai trois : le restaurant de Guy Lassausaie à Chasselay (69), "Le coq en velours" à Aoste (38) et "Chez Mounier" rue des Marronniers à Lyon, un véritable bistrot lyonnais.

 

Où trouvez-vous vos produits ?

Pour tous les produits de base, je me sers au supermarché du coin. Je vais aussi dans une épicerie connue à Lyon, chez Bahadourian. Entrer dans cette boutique est le début d'un voyage au pays des épices. Ayant la possibilité de prendre le train à moindre frais, je me fournis également pour la pâtisserie chez G. DETOU à Paris.

 

Des produits alimentaires recommandés ?

J'utilise beaucoup d'épices, notamment rapportées de voyage comme le curry, le massalé, le cari... J'ai la chance d'avoir un papa jardinier. Les légumes bio du jardin paternel sont un délice pour les papilles : une redécouverte des goûts véritables.

 

Un truc imparable ?

Je congèle les blancs d'œufs dans des petits moules en silicone que je stocke ensuite dans une boîte. Cela me permet de les utiliser ultérieurement en particulier pour confectionner des macarons ou de la guimauve. Autre truc pour un apéritif dans la bonne humeur : le cocktail du Luquet. C'est une création estivale : c'est l'association de jus d'orange, de rhum blanc, de sucre canne et de limoncello. Ce breuvage met d'excellente humeur quiconque en boit un verre (avec modération) !

 

Un message aux autres contributeurs ?

Cuisiner est une manière d'apporter du bonheur dans une assiette. C'est partager sa passion avec les autres le temps d'un repas. Alors ne cessons pas de le faire.

Sommaire