Norbert Tarayre (Top Chef 3) : "Le restaurant, c'est fini !" "Consultant foot ? Un job d'été !"


Vous avez été consultant de football sur M6 pour l'Euro de foot. Comment avez-vous été approché et quel a été votre rôle ?

C'était mon job d'été ! Vincent Couëffé, l'animateur de l'émission, m'a appelé pour savoir si ça m'intéressait de venir faire le turbulent dans l'émission. Ça faisait longtemps que je n'avais pas joué au football et je ne pensais pas avoir assez d'expérience pour pouvoir juger les footballeurs car ce n'est pas mon métier. Il m'a dit qu'il voulait quelqu'un qui soit un peu turbulent. Mais dès le premier soir, on m'a dit de me calmer !

Vous avez fait de ce côté turbulent votre marque de fabrique...

Oui, je suis quelqu'un de virulent mais je ne suis pas un polémiqueur. Dans Top Chef, je me permettais de dire ce que je pensais et de juger les gens car c'est ma passion et mon métier.

le goût pour la cuisine est venu très tard.
Le goût pour la cuisine est venu très tard. © But
Le football était votre première passion. Comment passe-t-on du football à la cuisine ?

Quand j'ai arrêté le centre de formation de Clairefontaine, ma mère m'a dit qu'il fallait que je choisisse entre reprendre mes études ou partir en apprentissage. Mon père refusait que je sois poissonnier, donc je me suis orienté vers la charcuterie. A la fin de mes études, je ne me suis pas présenté à l'examen. Là, ma mère a fait mes valises et m'a envoyé à Londres où je suis devenu plongeur dans un restaurant 3 étoiles au Guide Michelin, Chez Nico. De fil en aiguille, j'ai monté les échelons et je suis devenu commis de cuisine etc. C'est un parcours atypique parce qu'en France, on n'entre pas dans les grandes cuisines sans avoir d'examens, et là, c'est Bernard Loiseau qui m'a accueilli en 2001. J'ai toujours provoqué ma chance. Je dis toujours : il faut vivre la vie et non pas la subir.

D'où est née votre passion pour la cuisine ?

Elle est venue très tard. Ce sont les Anglais qui me l'ont transmise. Je n'ai jamais vraiment cuisiné, j'ai toujours été très mauvais. Ma mère et mes grands-mères étaient de très bonnes cuisinières mais très mauvaises pâtissières. En 1998, quand j'ai commencé à éplucher les oignons, les carottes et qu'on m'a montré comment désosser une viande... C'est là que je m'y suis intéressé !


 

Sommaire