Saveurs de femmes "J'ai dû m'imposer dans un univers très masculin"

Yvoline Xavier, 39 ans, a crée l'an dernier sa marque de thé "Jodhar". Employée des télécommunications, elle poursuit un rêve : vivre exclusivement de sa boutique de thé, uniquement en ligne pour le moment.

yvoline xavier a créé la marque de thé 'jodhar' en 2010.
Yvoline Xavier a créé la marque de thé "Jodhar" en 2010. © Christelle Vogel

D'où vous vient cette passion pour le thé ?

Je suis née à la Réunion mais mes racines sont à Pondichéry. Il y a sûrement quelque chose de génétique dans mon goût pour le thé. Je ne bois que ça de la journée !

"Je suis fascinée par le cérémonial du thé"

Comment vous est venue l'idée de créer votre propre marque de thé ?

J'ai fait un voyage en Chine, il y a un peu plus d'un an, au cours duquel j'étais hébergée chez l'habitant. Mon hôte m'a fait découvrir un thé Wu Long pour lequel j'ai eu un véritable coup de foudre. Il s'est livré à une véritable cérémonie pour nous servir le thé. J'ai trouvé cela fascinant et j'ai eu envie de partager cette émotion, de faire connaître au public ce que j'appelle "L'Art du thé". J'ai créé ma marque il y a un an. Je l'ai baptisé "Jodhar", qui est simplement un prénom indien.

D'où vient le thé que vous proposez sur votre boutique en ligne ?

Il vient d'Inde, de Chine ou du Japon. Je vais moi-même le chercher. Sur le site, je donne des conseils de dégustation pour chaque thé. J'en explique les vertus et les usages qu'on peut en faire en cuisine via les recettes publiées.

"J'ai été choquée par l'attitude machiste de certains producteurs de thé"

Le négoce du thé est un univers masculin. Comment vous y êtes-vous imposée ?

Ca n'a pas été évident ! Il m'est arrivé de ne pas être reçue en Inde ou en Chine, juste parce que j'étais une femme. Ils pensaient recevoir un "Xavier", qui est mon nom de famille, et ils avaient devant eux une "Yvoline". J'ai été très choquée par leur attitude. Ils étaient très méfiants et me posaient plein de questions sur ma vie privée. Heureusement, ce n'est pas le cas dans toutes les exploitations. Et au Japon, je n'ai eu aucun problème.

 

Vous êtes encore employée dans les télécommunications. Quand vous occupez-vous de votre entreprise ?

Je travaille le week-end et pendant les vacances pour Jodhar. Pour le moment, l'entreprise n'est pas rentable et tous mes frais passent par ma cagnotte personnelle. Donc je prends mon bâton de pèlerin et je vais présenter mes produits et ma passion à des passionnés et amateurs de thé, comme ici, au Salon Saveurs.

 

 Voir sa boutique en ligne : www.jodhar.com

 Plus d'information sur la dégustation du thé : www.tasses-et-terroirs.fr


 

Sommaire