Laurent Mariotte : "Mon credo, c'est la simplicité" "Mon dernier défi : avoir simplifié la recette de l'Opéra"

'je propose à chaque fois une recette différente de poulet rôti.'
"Je propose à chaque fois une recette différente de poulet rôti." © Nathanaël Turpin-Griset, stylisme : Géraldine Sauvage

Qu'est-ce qui vous distingue des autres animateurs d'émissions culinaires ?

Je croise beaucoup de personnes qui refont mes recettes, car je les veux simples et faciles à réaliser. Je ne cuisine pas pour faire rêver les gens, mais pour leur donner des idées pour tous les jours.

Quel est le dernier défi que vous avez relevé en cuisine ?

J'aime faire des choses simples, pas me lancer dans des recettes impossibles. Mon dernier défi, c'est d'avoir simplifié la recette de l'Opéra. Mon credo, c'est la simplicité.

Qu'est-ce qu'il y a en ce moment dans votre frigo ?

Du beaufort, des œufs, de la crème fraîche, des oignons blancs, des rattes du Touquet, des agrumes, des souris d'agneau - je les ai d'ailleurs cuisinées avec des épices ce week-end -, des yaourts à la noix de coco que mon fils adore...

"Je teste toutes les nouvelles marques de pâtes."

Et dans vos placards ?

Des épices que m'a fait découvrir Olivier Roellinger qui vient d'ouvrir une boutique : du poivre malabar, de la poudre de feu, c'est un mélange de cannelle, gingembre que l'on utilise en pâtisserie ou sur les fruits de mer. Il y a aussi des pâtes. Je teste toutes les nouvelles marques de pâtes. Du riz rond, des boîtes de tomates pour faire des curry...

Le dernier menu que vous avez concocté pour vos amis ?

En entrée, une Caesar salade, puis un poulet rôti farci aux herbes et un carpaccio d'agrumes en dessert.

Si j'invite des amis le week-end prochain, qu'est-ce que je peux leur préparer ?

Ca dépend de ce que vous aimez ! Il faut être un peu égoïste en cuisine ! Bien sûr, on peut toujours s'adapter en fonction des préférences de chacun. Pourquoi ne pas proposer un tartare poêlé aller-retour avec une sauce anglaise ou au gingembre pour apprécier la viande rouge et en dessert un crumble aux poires ou simplement une tarte fine aux pommes ? J'adore les classiques : une poire Belle-Hélène pochée dans un sirop avec un coulis de chocolat...

Votre recette fétiche ?

Le poulet rôti du dimanche. J'essaie à chaque fois une autre farce, d'autres jus. Il y a le pot-au-feu aussi.

"Quand je mange mal, je suis de mauvaise humeur..."

Le secret d'un bon pot-au-feu ?

C'est le bouillon. Commencer la cuisson du plat de côte à l'eau froide, avec de l'oignon, des girofles, laisser cuire une heure en écumant bien puis ajouter d'autres morceaux de viande à braiser, laisser cuire 2h30 et ajouter les légumes 30 minutes avant la fin de cuisson.

Votre péché mignon ?

Le chocolat. D'ailleurs je vais aller m'acheter un éclair au chocolat à la Maison du chocolat qui n'est pas loin d'ici après cette interview.

L'ingrédient que vous ne mangeriez pour rien au monde ?

La cuisine "roots", les yeux de je ne sais quoi, les choses trashes...

Votre pire expérience culinaire ?

Il y a quelques jours j'ai commandé une salade paysanne dans une brasserie, je pensais ne pas prendre de risque car c'est une recette simple et bien, elle était ratée ! La sauce n'était pas bonne du tout. Et quand je ne mange pas bien, je suis de mauvaise humeur...

 

Sommaire