L'obésité gagne du terrain au Brésil

Au pays de la chirurgie esthétique, les apollons côtoient de plus en plus de Brésiliens souffrant d'obésité. Un fléau qui fait les choux gras des cliniques de chirurgie... gastrique.

L'obésité gagne du terrain au Brésil
© AFP

Poitrine parfaite, abdominaux sculptés, fesses rebondies... Les Brésiliens sont connus pour l'importance qu'il donne au paraître et au peu de scrupules qu'ils ont à taquiner le bistouri. Pourtant, l'ensemble de la population brésilienne n'arbore pas une plastique de rêve. Ils sont aujourd'hui 16%, soit 30 millions, à souffrir d'obésité et la moitié de la population est en surpoids. En cause, la modification des habitudes alimentaires et sociales intervenues ces dernières années, à la suite du boom économique du Brésil. Les travailleurs se sédentarisent et optent pour une alimentation industrielle déséquilibrée et toujours moins chère.

Souffrances sociales
bresil obese250
A Rio de Janeiro, des plagistes souffrent d'obésité. © AFP

Pour maigrir et ne plus souffrir de discriminations, certains n'hésitent plus à se faire poser un anneau gastrique. C'est le cas de Solange, 38 ans et 123 kilos, qui s'est fait opérer après avoir remisé au placard les aliments gras et sucrés au profit des fruits et légumes. "Je souffrais au quotidien, quand je devais sortir dans la rue, les gens me regardaient, se souvient la jeune femme. Ou quand je voulais acheter des vêtements... J'aimais certains vêtements, mais ça n'allait pas... Et si vous cherchez un travail, on ne te donne aucune chance."

Anneau gastrique

L'opération qu'elle a subie consiste à réduire le volume de l'estomac afin d'arriver plus rapidement à satiété. Mais l'anneau gastrique ne fait pas de miracle. "En moyenne, le patient perdra entre 70 et 80% de l'excès de son poids, souligne le chirurgien Octavio Falcao. Si un patient pèse 150 kilos, il va perdre entre 35 et 40 kilos. Le patient opéré est obligé de faire un accompagnement pour le reste de sa vie : un accompagnement clinique avec le chirurgien, un endocrinologie, psychologue et nutritionniste." Le praticien opère 30 à 40 patients chaque mois. Ce rythme ne devrait pas faiblir, au grand dam des autorités brésiliennes. Les chiffres de l'obésité et du surpoids en constante augmentation pourraient rattraper ceux des Etats-Unis, si rien n'est fait pour enrayer cette épidémie.