Interview de Grégory Cuilleron "Il régnait un esprit de franche camaraderie pendant les émissions"

Grégory Cuilleron a bluffé le public lors de ses passages dans les émissions culinaires, prouvant que l'on pouvait cuisiner tout en étant issu du monde amateur.

'un dîner presque parfait : un challenge que je souhaitais relever'
"Un dîner presque parfait : un challenge que je souhaitais relever" © M6

Avant de devenir cuisiner, vous travailliez dans une agence de communication spécialisée dans la gastronomie. Pourquoi avoir voulu passer derrière les fourneaux ?


J'ai toujours été un dingue de gastronomie, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'avais créé cette agence. A un moment donné, j'ai voulu lier l'utile à l'agréable, je suis donc passé derrière les fourneaux ! Et puis, j'adore les challenges, et le fait de cuisiner était un nouveau challenge que j'avais envie de relever.

Vous avez participé aux émissions culinaires Un dîner presque parfait et Top Chef. Comment vous est venue l'envie de vous présenter ?


Lorsque je me suis inscrit à l'émission Un dîner presque parfait, l'idée était de me confronter à des cuisiniers amateurs. Je souhaitais tester mon niveau, qui s'est finalement révélé pas si mauvais puisque j'ai remporté le combat des régions ! Ma victoire a ensuite été une sorte de carte blanche pour Top Chef, puisque j'ai été contacté pour y participer. La perspective de faire goûter mes plats à des chefs de renommée et d'avoir leurs avis m'intéressait beaucoup. J'ai donc accepté de participer à l'émission.

Que retenez-vous de vos participations aux émissions ?

Les émissions ont été très formatrices. J'ai beaucoup appris, progressé grâce aux conseils techniques des chefs. Et puis, il y a aussi le côté humain. Il régnait un esprit de franche camaraderie entre les candidats, et ça c'était sympa. J'ai d'ailleurs gardé de nombreux contacts avec les participants.


 

Sommaire