Interview d'Emilie Charignon, candidate Masterchef 2011 "Etre choisie parmi 24 000 candidats, c'est dingue"

Émilie a fini l'aventure masterchef en 14e position.
Émilie a fini l'aventure Masterchef en 14e position. © Christelle Vogel

Comment en es-tu venue à participer à Masterchef ?

J'ai adoré la saison 1 ! Les candidats sont attachants, les épreuves toujours plus surprenantes les une que les autres, les lieux de tournage fascinants, les ingrédients à cuisiner, magiques, et le fait de pouvoir cottoyer de grands chefs : c'est énorme ! J'aime mon métier de webmaster, mes collègues. Je ne suis pas du genre à tout plaquer sur un coup de tête. Mais à l'aube de mes 30 ans je songe : quand je cuisine, je me sens tellement bien. C'est ce que j'aime et ce qui me fait vibrer. Je veux vivre de ma passion. Mon rêve serait de devenir mon propre patron et d'ouvrir un petit salon de thé pour offrir de la joie et de la couleur à mes clients, leur faire pétiller les yeux et combler leur gourmandise !

"Yves Camdeborde a eu un coup de coeur pour mon cheesecake"

Que retiens-tu de cette aventure ?

J'ai une chance immense d'avoir été retenue parmi les 21 candidats au générique de la saison 2 de Masterchef. Mon dossier a attiré l'attention parmi 24000 autres inscrits, c'est dingue ! J'ai réussi les castings, et pas mal d'épreuves. Je suis heureuse. Yves Camdeborde m'a dit qu'il avait eu un coup de coeur pour mon cheescake ! Je me suis dépassée et éclatée en cuisinant pour 120 touristes à Paris, pour les ostréiculteurs de Saint Malo, pour les chefs étoilés Nicolas Mas et Alberto Herraïz, les clients d'un club de vacances à Royan, et Pierre Hermé ! J'ai appris de nouvelles techniques, j'ai travaillé de superbes produits, je me suis fais des amis notamment Jeff qui est reparti en Guadeloupe et qui me manque terriblement... Je suis très sensible et c'était très dur de gérer mes émotions avec le stress de la compétition, la pression des caméras et du jury. J'étais très impressionnée face à ces Géants de la cuisine. Grâce à l'aventure, j'ai pris confiance en moi.

"C'est dur de gérer ses émotions avec les caméras, le jury..."

 Est-ce qu'elle t'a ouverte des portes ?

J'ai été invitée par la mairie de Romans sur Isère, la ville dont je suis originaire, et j'ai été intronisée dans la Confrérie de la raviole et de la Pogne, les deux fleurons de la gastronomie Romanaise. 

Cela dit, je n'attends pas que les gens viennent à moi, je me suis inscrite comme auto-entrepreneuse et je propose des commandes de cupcakes sur mon blog. Je cherche aussi des lieux pour faire des ateliers cupcakes, et des salons où je pourrais faire quelques démonstrations. Enfin j'aimerais décrocher quelque stages, sur mon temps libre, le soir et le week-end pour pratiquer.

 

Sommaire