Christophe Adam, le génie de l'éclair Son expérience : "Mes années Fauchon m'ont beaucoup apporté"

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans la pâtisserie ?

Quand j'étais plus jeune, je n'étais pas fait pour l'école et n'avais qu'une porte de sortie : avoir un travail manuel. Ma maman m'a trouvé un apprentissage en pâtisserie. A l'époque, je ne cuisinais que des gâteaux au yaourt (rires). J'ai commencé mon apprentissage à la pâtisserie Legrand à Quimper. Ce n'est qu'à partir de la deuxième année que j'ai réellement commencé à aimer ça.

Pouvez-vous nous parler de vos expériences ?

J'ai toujours voulu voyager. Je suis donc parti pendant un an et demi à l'atelier Gavroche à Londres. Ensuite, j'ai passé 8 mois dans la Marine nationale. A mon retour, j'ai intégré les cuisines du Crillon. C'était l'époque de Christian Constant, Christophe Felder et Laurent Jeanin. Pendant un peu plus de 2 ans, j'ai côtoyé le luxe et développé de la pâtisserie haut-de-gamme. C'était très dur mais très enrichissant. J'ai ensuite décroché une place de chef au Palace Beaurivage de Lausanne. En décembre 1996, j'ai intégré Fauchon qui est sans doute, ma plus belle expérience.

Qu'avez-vous appris chez Fauchon ?

Ma vie Fauchon a duré 15 ans, pendant lesquels j'ai beaucoup voyagé. Nous avons ouvert des boutiques dans le monde entier, nous avons déménagé notre laboratoire à plusieurs reprises, j'ai eu 110 pâtissiers et 14 boutiques à gérer... J'ai appris un autre métier jusqu'à mes 39 ans. C'est de loin, l'expérience qui m'a le plus apporté et qui m'a permis de créer pendant longtemps des choses à ma façon.

eclair à la noisette
Eclair à la noisette © Laurent Fau / Eclair de génie

Sommaire