Christophe Adam, le génie de l'éclair La télévision : "Je souhaite donner une belle image de la pâtisserie"

Pourquoi avoir accepté d'animer l'émission Le gâteau de mes rêves sur Téva ?

J'adore la télévision donc quand on m'a proposé d'y participer avec Jonathan Blot, je n'ai pas hésité ! J'avais demandé à rester naturel. Pouvoir rigoler tout en restant pro, c'est ma façon de faire !

Parlez-nous du concept de l'émission.

Je me déplace chez les gens pour réaliser une recette, selon un thème donné. Cela montre qu'on peut faire de la pâtisserie dans n'importe quelle cuisine. Il arrive que ça ne fonctionne pas à tous les coups, mais on arrive toujours à trouver des astuces pour améliorer les recettes. C'est du live, le gâteau qui est montré, c'est celui qui a été fait.

Comment avez-vous été approché pour l'émission Qui sera le prochain grand pâtissier sur France 2 ?

J'avais déjà travaillé avec des personnes de la production sur France 5. Ils m'ont donc contacté, m'ont proposé de faire partie de l'aventure, et j'ai immédiatement accepté. Il était inconcevable que je n'intègre pas la première saison d'un concours de pâtisserie pour des professionnels, à la télévision.

Comment se déroule le tournage ?

L'idée est que les candidats montrent leur savoir-faire et mettent en avant notre métier. Le but n'est pas de les décourager mais de leur parler pendant les épreuves, de les motiver pour qu'ils fassent des belles choses.

Avez-vous gardé contact avec certains participants ?

J'ai gardé contact avec Audrey Gellet qui a créé un éclair pour l'Eclair de génie en mars, Yann Menguy qui travaille aujourd'hui avec Christophe Michalak. J'ai également revu Denis Demarck récemment, qui officie dans un restaurant.

Est-ce que vous regardez les autres émissions culinaires ?

Il m'arrive de tomber dessus par hasard mais je n'ai pas le temps de regarder la télévision. Le soir, les émissions finissent tard, donc j'abandonne rapidement.

jonathan blot et christophe adam, le gâteau de mes rêves
Jonathan Blot et Christophe Adam, Le gâteau de mes rêves © Muriel Franceschetti / Téva

Sommaire