Annabel Langbein cuisine au naturel "Les grandes-surfaces offrent des saveurs globalisées"

le pain lavash d'annabel langbein.
Le pain lavash d'Annabel Langbein. © Tessa Chrisp

Que mange-t-on en Nouvelle-Zélande ?

La Nouvelle-Zélande s'étend sur plusieurs longitudes. Dans le sud de l'île, vous pouvez cultiver des cerises et des amandes et un tas de produits qui poussent sous un climat continental. Dans le nord, le climat est sub-tropical. Dans mon jardin d'Auckland, j'ai des bananes et des cherimoyas, des avocats et des citrons. Il est également vraiment très facile detrouver à des produits ultra frais, mais je trouve que les supermarchés n'offrent qu'une gamme de saveurs globalisées. On y trouve des produits intéressants comme le tamarin, le balsamique, le safran, les nouilles Udon, la citronnelle, le quinoa ou les graines de potiron. Mais vous pouvez aussi prendre des ingrédients simples comme un beau poulet ou quelques pommes de terre et en réaliser facilement un plat très intéressant. 

 

"L'élevage de moutons est culturel en Nouvelle-Zélande"

Traditionnellement, la Nouvelle-Zélande est très marquée par l'élevage de moutons. Sa gastronomie tourne autour de l'agneau et au pavlova, un dessert à base de meringue, de crème et de fruits frais. Aujourd'hui notre cuisine est influencée par le monde entier, mais nous gardons les produits frais et de saison comme base.

Quels plats ont marqué votre enfance ?

Ma mère était une très grande cuisinière. Quand je rentrais de l'école durant l'été, ma mère avait toujours des tonnes de fruits ramenés du marché qu'elle conservait pendant des jours. Elle réalisait d'incroyables bocaux de fruits, des confitures et chutneys.

"A la maison, ma mère dressait toujours la table avec soin"

Mon père avait souvent des invités venant d'autres pays pour son boulot et elle occupait leurs épouses avec de superbes pique-niques. Je faisais toujours croire que j'étais malade pour qu'elle m'emmène avec elle. Elle faisait la plus moelleuse, la plus belle des tartes aux légumes. Elle expérimentait toujours des plats exotiques du monde entier et même si nous partagions un repas tout simple, la table était joliment dressée chaque soir avec des fleurs fraîchement coupées, des bougies, du vin et une grande carafe d'eau. Nous étions assis ensemble à parler et à manger pendant des heures.  C'est ce dont je me souviens le plus et ce que j'ai moi-même perpétué dans ma propre famille.

Quelle place tient la gastronomie en Nouvelle-Zélande ?

Je pense que le monde entier est obsédé par la nourriture. C'est en quelque sorte la nouvelle religion planétaire. Les émissions et magazines culinaires, les marchés paysans, les livres de cuisine et la culture culinaire plus généralement tient une place importante en Nouvelle-Zélande. Nous n'avons pas de longue histoire culinaire et nous sommes vraiment ouverts aux nouvelles idées et ingrédients. Nous avons une grande culture du café et les gens se rencontrent tous les jours pour en partager un ensemble.

 


 

Sommaire