Interview d'Alba Pezone "Les macarons, un bonheur de dégustation !"

millefeuille d'aubergine confite, petite mozzarella croquante
Millefeuille d'aubergine confite, petite mozzarella croquante © Laurence Mouton

Quelle est votre premier souvenir gastronomique français ?


Mon premier émoi gastronomique, c'est lorsque j'ai goûté une baguette de pain. En Italie, nous n'avons pas cette baguette fraîche qui fait votre renommée. J'ai aussi tout de suite aimé la cuisine bistrotière, celle que l'on mange sur le pouce, le croque-monsieur par exemple ou le sandwich jambon-beurre. Et bien sûr, il y a eu ma rencontre avec la pâtisserie française. J'ai été éblouie dès mes premières dégustations. Parfois, il m'était tellement impossible de choisir une pâtisserie plutôt qu'une autre que je finissais par toutes les prendre, déjeunant alors uniquement de sucré !

Quel produit français, que vous n'avez pas en Italie, aimez-vous tout particulièrement ?

Les macarons sans hésitation, qui sont selon moi, le drapeau de la pâtisserie française. Je suis une grande fan de la collection Pierre Hermé. C'est tout simplement un bonheur de dégustation à tel point que je serais capable de faire un aller-retour depuis l'Italie, simplement pour déguster ses macarons !

Que pensez-vous du café français ?

Terrible, terrible ! Mon premier geste en arrivant à Naples c'est de courir dans le premier café de l'aéroport ! Je sais que je suis chez moi dès l'instant où j'ai bu mon premier café ! A Naples, nous avons un nectar, un vrai ! En revanche, à Paris, j'aime le café, en tant que lieu, j'aime l'ambiance des cafés dans lesquels on peut flâner pendant des heures. Nous n'avons pas ça à Naples.

Quel chef français admirez-vous le plus ?


Je n'ai pas de chef que j'admire plus qu'un autre. J'aime tester la nouvelle garde des chefs. J'aime les cuisines avec des personnalités. Dernièrement, j'ai beaucoup aimé la cuisine de Pierre Jancou et celle de Jean-François Piège. J'ai eu la chance d'aller plusieurs fois dans son restaurant et j'ai vraiment été touchée par la qualité des plats qu'il proposait.

Sommaire