L'actu food de la semaine

Un nouvel établissement pour Christophe Michalak, un classement des plats préférés selon les pays, un indice jambon-beurre en berne... Découvrez les infos culinaires de la semaine.

© Christophe Michalak

Les plats tirent leur épingle du jeu
Avec plus de 15 milliards d'épingles de cuisine sur sa plateforme, Pinterest propose un large éventail de recettes à ses 150 millions d'utilisateurs mensuels. Curieuses de connaître leurs préférences selon leurs ville et pays d'origine, les équipes de Pinterest ont étudié les épingles à travers le monde… et font voler en éclats nos préjugés. Non le hamburger n'est pas le plat plus épinglé aux Etats-Unis ni le fish and chips à Londres. Nos voisins éloignés d'outre-Atlantique ont un faible pour l'orzo et le régime paléo tandis que de l'autre côté de la Manche, c'est le pain perdu dont on ne perd pas une miette. En Allemagne, ce sont le poulet à la caribéenne et le riz sauté au poulet qui ravissent les palais. A Guadalajara, la salade de kale se la raconte et à Madrid, on aime faire un gros plein de soupe de tortilla au poulet. Au pays de la gastronomie, chez nous quoi, le poulet rôti fait le régal des Lyonnais et la glace au chocolat et à la menthe rafraîchit les palais des Marseillais. Les Parisiens font voyager leur papille avec du poulet à la coriandre et les bordelais délaissent leur cannelé pour des roses des sables. Incroyable.

Christophe Michalak met son grain de sel dans le café
Le 20 mars, outre le printemps, les gourmands fêteront l'ouverture du café Michalak. Dans cette échoppe, le pâtissier proposera une offre salée "imaginée avec la sensibilité de son métier de pâtissier" : la crème brûlée sera donc gratinée au parmesan, les gougères seront au Cantal et au curry, les madeleines garnies de tomates et d'olives de Kalamata et la mousse sera à la Mozzarella. Smoothies, salades, soupes aux légumes se taperont aussi l'affiche sur la carte salée. Côté sucré, Christophe Michalak annonce une offre de douceurs renouvelées. Vraiment trop fort de "kafé".

Le jambon-beurre en berne
Le 2 mars 2017, les résultats de l'indice jambon-beurre sont tombés et ils ne sont pas très bons. Alors que la vente des sandwiches a augmenté d'environ 4 %, le fameux trio plus gagnant pain-jambon-beurre a enregistré une baisse de 3 %. Pour Bernard Boutboul, Directeur Général de Gira Conseil, c'est la faute à l'émergence d'autres spécialités de 2 à près de 40 précise-t-il dont l'un de ses désormais principal rival, le burger. Autre constat : les consommateurs ne sont pas prêts à manger un jambon-beurre à tout prix : avec une hausse de quasi 3 %,  le sandwich coûte en moyenne 2,93 €. Faudra-t-il bientôt mettre du beurre dans les épinards pour manger un jambon-beurre ?