Yannick Alléno, dans les étoiles

Il fait partie des rares chefs à avoir deux restaurants trois étoiles. A 48 ans, Yannick Alléno excelle dans l'art de sublimer les produits et est devenu l'un des plus grands chefs du monde. Son C.V. culinaire.

Yannick Alléno, dans les étoiles
© Christophe Ena/AP/SIPA

La cuisine en héritage. Né à Puteaux dans une famille de bistrotiers, Yannick Alléno passe son enfance dans les cuisines familiales. C'est là que son appétit pour la cuisine se développe. Son rêve de l'époque : rencontrer Paul Bocuse, "son Zidane à lui". Pour ce faire, il lui écrit une lettre qui ne sera jamais postée. A l'adolescence, le jeune Yannick sait que son destin se fera derrière les fourneaux. Il intègre rapidement le Royal Monceau, puis le Sofitel Sèvres et l'établissement Drouant. C'est dans ce dernier, aux côtés du chef Louis Grondard que le chef apprendra les rudiments du métier, avant d'en devenir le chef. Ce n'est que dans les cuisines du Scribe que le chef décrochera une première étoile en 1999, puis une seconde en 2002.

Au plus près des étoiles. Celui qui côtoie les plus grands depuis son plus jeune âge intègre en 2003 les cuisines du Meurice. Son audace et son excellence paient puisque quelques mois plus tard, le Michelin lui décerne deux étoiles. La troisième suivra en 2007. Trois ans plus tard, énième consécration : Yannick Alléno se voit décerner 5 toques par le Gault & Millau. En 2013, après dix années de collaboration, le chef quitte les cuisines du Palace parisien pour s'installer, l'année suivante, au Pavillon Ledoyen à Paris. Le degré d'exigence et d'excellence y est tel que sept mois seulement après son arrivée, le Guide rouge lui décerne 3 étoiles. En parallèle, le chef multiplie les collaborations et reprend les cuisines du Le 1947 à Courchevel. En 2017, le Guide Michelin lui décerne sa très attendue troisième étoile. Michael Ellis, directeur France du Guide rouge, soulignera le talent du chef qui propose une cuisine gastronomique de montagne. En 2015, le chef est sélectionné pour intégrer une brigade de 5 chefs (Alexandre Gauthier, Nicolas Masse, Marc Veyrat et Christelle Brua) qui cuisineront pour 150 chefs d'Etats à l'occasion de la COP21. Un honneur !

Un homme distingué. Outre les étoiles qu'il côtoie depuis plus de vingt ans, le chef a reçu les prix Auguste Escoffier en 1944, est devenu Champion de France de cuisine artistique en 1998, et a reçu le Bocuse d'argent en 1999. Désigné chef de l'Année 2008, le Gault et Millau le désigne Cuisinier de l'Année 2015 et l'année suivante, le Pavillon Ledoyen intègre le classement très fermé des 100 meilleurs restaurants du monde. En parallèle, Yannick Alléno est fait Chevalier de l'Ordre du Mérite agricole en 2001, puis Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres et Chevalier de l'Ordre national du Mérite en 2007.

Un parrain d'exception. Parce que la cuisine est avant tout un métier de passion et de transfert des connaissances, Yannick Alléno est le parrain de l'association des Jeunes Restaurateurs. Présente dans 16 pays et dénombrant 350 chefs propriétaires dont 170 étoilés, l'association a pour but de partager le talent des jeunes générations. En parallèle, Yannick Alléno a lancé le magazine YAM destiné aux professionnels, dans lequel se trouvent ses plus belles créations. Le chef est également l'auteur de plusieurs ouvrages culinaires.

Sauce qui peut ! Estimant qu'elles sont "l'axe central de notre cuisine" mais, plutôt négligées, Yannick Alléno décide en 2014, de remettre les sauces sur le devant de la scène. Dans son ouvrage intitulé sobrement Sauces, réflexions d'un cuisinier, le chef retrace l'histoire des sauces, du Moyen Âge à Auguste Escoffier, explique leur disparition de nos assiettes - la faute à des préoccupations diététiques -, et dévoile ses recettes de sauces modernes.

Heureux en cuisine comme à la ville. Sur sa vie privée, Yannick Alléno ne dit rien ou presque. On sait qu'il est l'heureux papa de deux enfants issus d'un premier mariage. Après une relation avec la chanteuse Patricia Kaas, le chef a épousé en 2015 Laurence Bonnel, une sculptrice. Depuis, le chef est toujours sur son petit nuage.

Yannick Alléno, après l'annonce de l'obtention des 3 étoiles pour Le 1947 :