De l'eau douce à l'eau de mer

C'est l'histoire de la vie d'un saumon d'élevage calquée sur celle d'un sauvage. Soucieux de respecter le cycle de vie du poisson à l'état sauvage - qui naît et grandit en eau douce avant de rejoindre la mer -, les Norvégiens ont mis en place des méthodes d'élevage qui reproduisent ses conditions de vie. C'est donc en eau douce que le saumon d'élevage voit le jour de géniteurs triés sur le volet s'il vous plaît : résistance aux maladies, pourcentage de graisse, n'est pas parent qui veut... une sélection est faite pour garantir des saumons de compétition dans nos assiettes ! La femelle fournit les oeufs, le mâle la laitance et le miracle de la fécondation, les oeufs. 
Lorsqu'ils sont fécondés, direction des bassins d'eau douce parcourus par des courants qui reproduisent ceux d'une rivière et dont les conditions hygiéniques sont irréprochables. En dépend leur bonne transformation en embryons après une trentaine de jours environ. L'éclosion des "alevins" se fait soixante jours plus tard. A ce stade, il n'est pas nécessaire de les nourrir : le sac vitellin avec lequel ils naissent leur fournit tous les nutriments nécessaires à leur croissance. A l'épuisement du sac, changement de "crèmerie". Les petits poissons sont déplacés dans de plus grands bassins pour être nourris de pellets, des granulés alimentaires. C'est l'apprentissage de l'alimentation, un stade essentiel pour accroître leur croissance. 
(Eau) douce mer. 365 jours en eau douce plus tard, se produit la "smoltification". Après cette transformation physiologique, le petit saumon devenu grand est fin prêt pour vivre en eau de mer.  Mais avant, le poisson est vacciné : à l'instar des humains, ce traitement lui permet de résister aux maladies bactériennes et d'éviter les antibiotiques, dont le recours a diminué de 99 % depuis 1987. 
L'homme prend la mer pour le saumon. Contrairement à son cousin sauvage qui la rejoint à la nage, le poisson d'élevage arrive dans la grande bleue à bord de bateaux-viviers. Il est transféré dans un parc aquacole où il restera entre deux et trois ans, le temps d'atteindre un poids de 4 à 6 kilos. 
©  Alice Thierry