La ferme

Pour découvrir un parc aquacole, pas question d'avoir le mal de mer. Contrairement aux débuts de l'aquaculture, c'est désormais au large que les fermes sont situées. Outre l'éloignement des zones de trafic maritime et de tout habitat d'autres espèces, cette implantation permet aux poissons de grandir dans les eaux fraîches, limpides et oxygénées des fjords. Cette règle géographique n'est pas la seule à devoir être respectée : n'obtient ou ne construit pas une concession en Norvège qui veut. Le Ministère de la pêche et l’Autorité norvégienne de la sécurité alimentaire encadrent strictement l'installation d'un parc : en dépendent le bien-être des saumons d'élevage, la sécurité alimentaire et le respect de l'environnement. La réglementation est telle que la Norvège ne compte "que" 950 concessions pour 21 000 kilomètres de côte. 
Parc wash. Lorsqu'un site a obtenu le Graal, à savoir la fameuse licence d'exploitation, des tests y sont réalisés tout au long de la production. Les autorités ne transigent pas avec l'hygiène. Les fermiers ont l'obligation de nettoyer et de désinfecter leur parc régulièrement. Une mise en jachère doit être respectée entre chaque cycle d'élevage. Ce repos de 10 à 16 mois permet à l'écosystème de se régénérer et aux autorités sanitaires d'évaluer l'impact des poissons sur les fonds marins. 
C'est la taille qui compte. Pour que les saumons d'élevage grandissent à leur aise, les parcs ne doivent pas être trop étroits. Pour 97,5 % d'eau, la densité dans les enclos ne doit pas dépasser 2,5 % de poissons. Leur circonférence peut atteindre jusqu'à 200 mètres et leur profondeur 50. Les Norvégiens ont le soucis du dé-taille plutôt que du bétail ! 
©  Alice Thierry