231 East Street : on dit oui aux burgers d'Andy

"Avec 231 East Street, redécouvrez le vrai goût du burger" peut-on lire sur le site. Tel Indiana Jones, on enfile notre chapeau à la recherche de la saveur disparue. Notre quête nous mène jusqu'au 36 Boulevard des Italiens où l'on espère l'aventure savoureuse...

© East Street
La devanture du 213 East Street au 34 bouvelard des Italiens à Paris © 231 East Street

New York, New York. La porte franchie, nous pénétrons dans une salle de petite taille avec cuisine ouverte. Cela nous paraît de bon augure… Ne dit-on pas que tout ce qui est petit est mignon ? Les briquettes blanches au mur et les photos de taxis jaunes et de gratte-ciels nous plongent dans une ambiance New Yorkaise. Bémol à l'étage, dont le confort – modéré – et la propreté - tout juste correcte – nous donnent l'impression d'être dans un fast-food lambda avec la volonté affichée de qualité.
Il en faut plus pour venir à bout de notre appétit et l'accueil, très agréable, et le personnel attentionné, nous rassurent. Dans ce genre de restaurant, cette dimension, pourtant fondamentale, est souvent négligée. Pas de ça chez 231 East Street : malgré le débit et la répétitivité des tâches, les serveurs restent disponibles et sympathiques. Un vrai bon point pour se différencier dans un marché très concurrentiel. 
En revanche, le fonctionnement du service ne se démarque pas : la commande et le paiement se font à l'avance en caisse, puis on attend près du comptoir si l'on emporte ; on est "bippé" si l'on va à l'étage pour manger en salle. Après plusieurs minutes à écouter nos gargouillis, l'objet clignote et émet une sonnerie : c'est (enfin) prêt. C'est parti pour la dégustation du "vrai goût du burger" .
Quand c'est bon, il faut l'admettre ! Les produits sont de bonne qualité, les bruns du Meilleur Ouvrier de France Olivier Nasti sont frais et moelleux, la viande est juteuse et bien grillée, le fromage est fondant. Tous les ingrédients sont réunis pour former un vrai bon burger. Mention spéciale à la sauce, gourmande, parfumée et réconfortante. Au diable notre petite bouée qui n'en demandait pas tant. Les frites, croustillantes et dorées nous paraissent maison.
Puisqu'il nous reste de la place : place aux desserts. Bien que de bonne facture, rendons à César ce qui appartient à César… La pâtisserie française est bien meilleure que l'américaine qui ne fait pas le poids, ou justement trop ! Le site de l'enseigne précise que les douceurs sont imaginées par l'ex Masterchef Elisabeth Biscarrat : on regrette qu'elle n'ait pas allégé la note sucrée.
Le pari du "vrai goût" du burger est-il rempli ? Si chez 231 East Street,  la qualité revendiquée du sandwich est clairement au rendez-vous, l'expérience ne nous a pas semblée différente des nombreux concurrents qui fleurissent comme des petits pains dans les rues parisiennes. On aurait aimé un soupçon d'originalité supplémentaire, notamment dans les recettes.
Loin d'être une œuvre d'art, le burger de 231 East Street est de très bonne composition pour un prix très correct, voire en deçà de ses concurrents. On laisse nos fouets d'Indy et on garde l'adresse bien au chaud pour l'une de nos prochaines aventures.

  • Retrouvez toutes les adresses sur le site de l'enseigne 231 East Street 
Le restaurant © East Street