Gaël Monfils, vaillant ambassadeur de Vaï Vaï

Le tennisman est l'égérie de la marque française d'eau de coco depuis 2015. Bon joueur, il a accepté de répondre à notre interview coup sur coup.

© vai vai

A marque leader, grand champion ! Créée en 2010, la start up Vaï Vaï s'est imposée dans l'hexagone comme le distributeur n°1 d'eau de coco dans l'hexagone. Pour fêter leurs 5 ans en 2015, les cofondateurs Emmanuel Jesberger et Gaëtan Laedrich se sont offerts les services de Gaël Monfils. Un ambassadeur en accord avec leurs valeurs et grand consommateur d'eau de coco comme le tennisman d'origine antillaise nous le confirme lorsque nous le rencontrons à l'occasion de la présentation de la nouvelle gamme de la marque. 

Le JournalDesFemmes.com : Qu'est-ce qui vous a séduit chez la marque Vaï Vaï ?
Gaël Monfils : Le produit déjà ! En tant qu'Antillais, j'ai grandi avec l'eau de coco. J'en buvais beaucoup et j'en bois encore énormément. Le dynamisme d'Emmanuel et Gaëtan (les cofondateurs de la marque, ndlr). Lorsqu'ils m'ont approché, j'ai immédiatement été séduit par leur volonté et leur enthousiasme.

Donner votre "image", est-ce aussi une façon de vous inscrire dans la postérité ?
Je l'envisage plus comme un coup de pouce. Vaï Vaï est une jeune start up française avec un projet intéressant qui fait sens selon moi. Le fait qu'ils m'aient sollicité plutôt qu'un autre est aussi très flatteur. C'est un plaisir et un honneur.

Quel est votre produit préféré de la gamme ?
L'eau de coco pure. Je la trouve très rafraîchissante. J'en bois des litres !

Interview coup sur coup

La dernière fois que avez fait les 400 coups ?
Avec mes partenaires de l'équipe de France de tennis après notre défaite aux Masters 1000 à Miami.

Votre dernier coup de cœur musique ?
C'est fou que vous me le demandiez, je l'ai eu sur le vol retour de Miami. C'est Easy de Son Lux, la musique de Mon roi. Je l'écoute en boucle depuis deux jours.

Et cinéma ?
Mon roi du coup ! Ce film m'a mis une claque. J'ai déjà envie de le revoir. Vincent Cassel et Emmanuel Bercot sont incroyables.  

Votre dernier coup dur ?
En tennis, on a beaucoup de coups durs. Mais, il faut les surmonter. Et personnellement, c'était il y a deux mois...

A qui était destiné votre dernier coup de fil ?
Mon conseiller.  

Votre dernier coup de folie ?
J'ai l'impression que j'en ai tous les jours.

Avez-vous un bon coup de fourchette ?
Pas tant que ça. J'essaie de faire attention en période de tournoi mais sinon je mange normalement.

Que faites-vous quand vous avez un coup de pompe ?
Une petite sieste. J'aime bien aussi aller faire un petit footing d'oxygénation de 30/40 minutes. Cela me permet d'évacuer mentalement. J'enchaîne sur une grande séance d'étirement puis de relaxation, ça me permet de bien récupérer.

Votre dernier coup de soleil ?
A Miami, ça a tapé fort !

La dernière fois que vous avez pleuré un bon coup ?
Il y a quelques mois. Mais je ne suis pas quelqu'un qui pleure, qui a des larmes. En revanche, je peux être très triste.  

Avec 3 balles, vous m'offrez quoi ?
Un gros sachet de bonbons.  

Où aimez-vous aller pour faire un break ?
Chez moi. J'y suis rarement donc j'en profite dès que je peux.

Vos astuces pour garder la ligne ?
Aucune, j'ai vraiment de la chance avec ça.

Qu'est-ce que vous faites comme un manche ?
Plein de choses, j'évite donc de les faire.

Le revers de la médaille de la notoriété, ça vous pèse ?
Ça fait partie du job, il faut l'accepter. Même si par moment, on a envie de retrouver une intimité. Simplement sortir pour voir des amis, la famille.