Joy-Astrid Poinsot : "Je suis très fière d'exprimer ma féminité dans mes assiettes"

Que vous évoque la Journée de la Femme ? 
Pas grand-chose car nous l'utilisons à mauvais escient. En créant cette journée nous montrons une nouvelle fois notre différence. Ne devons-nous pas faire attention à la femme au quotidien et la respecter comme il se doit ? J'aimerais que cette journée soit davantage un hommage à ces femmes qui durant des siècles se sont battues, ont fait avancer l' histoire, nous ont montré l' exemple et ont montré à l'humanité entière ce qu'était une vraie femme.

Comment expliquez-vous le manque de parité en cuisine ? 
Aujourd'hui en cuisine les femmes sont très présentes, malheureusement nous entendons trop peu parler d'elles ! La cuisine reste un milieu très masculin dans lequel nous devons en tant que femme nous imposer et faire des choix de vie. Il ne faut pas oublier que la cuisine reste un métier physique et pas forcément très féminin (travail dans le chaud, les mains au froid donc on oublie la french manucure, les talons aiguilles et autres apparats, on oublie également car on reste debout pendant de longues heures, et on touche certains produits qui pourraient en répugner certaines). Il n'est donc pas surprenant de retrouver une minorité de femmes. Mais si on va au-delà de ces détails qui pourraient en refroidir plus d'une, nous sommes des distributrices de bonheur !

Avez-vous été confrontée au sexisme en cuisine ? 
Pas du tout… J'ai eu mon ange gardien qui m'a toujours protégée de cela. Mais je ne dirais pas qu'il est inexistant en cuisine. J'ai eu de la chance de ne jamais le subir, même en tant que stagiaire.

Quand on vous dit qu'une assiette est féminine : ça vous énerve, vous fait plaisir, vous est égal ?
J'adore, je suis une femme avant tout, donc je ne veux pas ressembler à un bonhomme et faire une assiette féminine. Aujourd'hui féminine est synonyme de délicatesse, de fraîcheur et ce terme évoque beaucoup de jolis compliments. Pourquoi vouloir masquer notre féminité ? J'aime quand je peux l'exprimer dans mon assiette et d'ailleurs, j'en suis très fière.

Quelle(s) femme(s) admirez-vous ?
Tout d'abord ma Maman (ou la Reine mère comme j'ai coutume de l'appeler mais chut, il ne faut pas le dire elle n'aime pas ça). C'est elle qui m'a donné les moyens de devenir une femme. Elle s'est toujours battue pour avoir ce qu'elle voulait et a toujours réussi. Sa devise, "la vie est belle". Grâce à elle je trouve dans chacune de mes journées un rayon de soleil. Il existe après tellement de femmes que j'admire et qui sont des boosters pour me surpasser : Kathrine Switzer que rien n'arrête, Mère Teresa dont le cœur et la générosité ont su réconforter l'humanité, Coco Chanel qui s'est battue pour devenir quelqu'un, Marie Curie, Calamity Jane, Helen Keller, Jeanne d'Arc, Hildegarde de Bingen et tant d'autres… Et en cuisine j'admire la Mère Brazier bien sûr. Anne-Sophie Pic aussi, pour sa force de caractère et sa détermination et surtout le courage qu'elle a eu lorsqu'elle a repris l'affaire de son père qu'elle a menée jusqu'aux étoiles.

Joy Astrid est candidate de Top Chef 7 et chef au restaurant Chez Camille à Arnay-le-Duc
©  Pierre Olivier / M6