Clémence Perraut : "Un homme peut aussi réaliser des assiettes féminines"

Que vous évoque la Journée de la Femme ?
Je pense que la femme n'a pas besoin d'une journée en particulier pour être mise en avant. Elle le mérite au fil du temps, surtout par rapport à ce qu'elle a su accomplir. 

Comment expliquez-vous le manque de parité en cuisine ? 
Le fait que la cuisine professionnelle soit, depuis longtemps, représentée par des hommes peut freiner les femmes. De plus, il existe depuis toujours, dans certaines cuisines, une forme de machisme. Si une femme veut évoluer dans ce métier, elle doit avoir du caractère : s'imposer en montrant ce qu'elle vaut et ce qu'elle veut. 

Avez-vous été confrontée au sexisme en cuisine ? 
Lors de mon stage de 3ème, que j'ai pu effectuer dans le restaurant de M. Paul Bocuse, j'ai découvert une ambiance très masculine car il n'y avait aucune femme que ce soit en cuisine ou en salle. Pour autant, j'ai passé une semaine inoubliable où chacun a su me consacrer du temps et de la patience pour me montrer et m'expliquer les choses. Dans le restaurant de M. Negrevergne, l'ambiance était totalement différente : il y avait une parité hommes/femmes. Malgré mon peu d'expérience, je n'ai subi aucune forme de sexisme.  

Quand on dit qu'une assiette est féminine, ça vous fait plaisir / vous énerve / vous fait ni chaud ni froid ? 
C'est plutôt plaisant même si je pense qu'un homme aussi est capable d'apporter une touche féminine a une assiette.

Quelle(s) femme(s) admirez-vous ? 
Je ne pourrais pas citer de nom, je suis admirative des femmes qui savent ce qu'elles veulent, qui réussissent dans leur domaine, dans ce qu'elles aiment faire, en ayant malgré tout, une vie de famille épanouie. 

Clémence Perraut est apprentie au restaurant La Terrasse Mirabeau auprès du Maître Restaurateur Pierre Negrevergne et a participé à la finale de la 6e édition du concours national de cuisine "Jeunes Talents Maîtres Restaurateurs". 
©  Clémence Perraut