Julia Sedefdjian : "La parité progresse en cuisine"

Que vous évoque la Journée de la Femme ?
C'est une journée pour se rappeler que dans le monde femmes et hommes ne sont pas encore égaux.

Comment expliquez-vous le manque de parité en cuisine ? 
La société a longtemps imposé le modèle chef = homme. Ce modèle est de plus en plus dépassé, et la parité progresse, dans tous les métiers. Même si en cuisine on en est loin, je pense que l'on avance dans ce sens un peu plus chaque année. Pour ma part, Aux Fables de La Fontaine, je ne constitue pas ma brigade en prenant en compte le facteur homme/femme, je les sélectionne avant tout pour leur talent.

Avez-vous été confrontée au sexisme en cuisine ? 
Non, je n'ai jamais été discriminée sous prétexte que j'étais une femme. Enfin... peut-être une fois, quand je cherchais un apprentissage à Nice, un chef a refusé de recevoir ma candidature car il refusait de prendre des femmes en cuisine. 

Quand on dit qu'une assiette est féminine, ça vous fait plaisir / vous énerve / vous fait ni chaud ni froid ? 
Je pense qu'il existe une cuisine féminine, définie par une certaine sensibilité et un perfectionnisme, mais que cette cuisine n'appartient pas qu'aux femmes. Certains chefs hommes ont aussi selon moi, une sensibilité féminine dans leur cuisine.

Quelle(s) femme(s) admirez-vous ? 
Anne-Sophie Pic est une cheffe que j'admire beaucoup pour sa force et sa sérénité. 

Julia Sedefdjian est la plus jeune chef étoilée* du restaurant Aux Fables de la Fontaine, établissement Maîtres Restaurateurs, à Paris dans le 7e arrondissement. Elle officie 
©  Julia Sedefdjian