On a passé Miss France 2015 Camille Cerf sur le gril

Quand Miss France est en goguette à la rédaction, l'occasion est trop belle pour ne pas la cuisiner. Pétillante et spontanée, la jolie blonde n'a pas mâché ses mots pendant notre interview "expression culinaire".

© Instagram Camille Cerf

Ce n'est pas un hasard si Miss France rime avec patience... Après avoir assisté ET participé à la conférence de rédaction du Journal des Femmes, Camille Cerf s'est prêtée au jeu des questions réponses. Au menu : questions des internautes, confidences beauté et même interview babyfoot. Autant de sollicitations qui auraient pu la "gaver". Et pourtant, gourmande et bonne vivante, c'est avec beaucoup de plaisir que la jeune femme au regard étincelant a répondu avec beaucoup de franchise à nos questions.  

Le JournalDesFemmes.com : Qu’est-ce qui vous donne la pêche ?
Camille Cerf : Me lever le matin avec un grand ciel bleu et un joli lever de soleil. Dans le nord, j’adore quand la neige est tombée la nuit et que je la découvre au petit matin.

Quel plat ne vaut pas un radis ?
Plutôt qu’un plat, une saveur. Celle du citron cuisiné chaud. J’aime le fruit mais dans une sauce hollandaise par exemple je suis incapable de l’avaler. Le mélange du citron et de la crème chauds me rebute.

Dans un dessert, la cerise sur le gâteau ?
Du caramel. J’aime beaucoup les desserts aux fruits mais avec une sauce au caramel, c’est encore meilleur.

Que vous inspire le gratin ?
Le gratin de chicons, une spécialité ch’ti à base d’endives roulées dans du jambon servies avec de la béchamel gratinée au gruyère. A ne pas confondre avec la ficelle picarde qui est une crêpe au jambon gratinée avec de la béchamel et du gruyère.

Vous êtes-vous sentie pressée comme un citron après votre élection ?
Complètement. La première nuit de l’élection, on enchaîne la conférence de presse, les shootings photo, les rendez-vous avec les journalistes. Mes premières interviews filmées sont vraiment mauvaises car je luttais pour ne pas dormir ! J’avoue avoir espéré que ce ne serait pas tous les jours ainsi…

Pensez-vous avoir pris le melon ?
Non. Mes proches ne me l’ont pas reproché. J’ai gardé les pieds sur terre. En revanche, ils trouvent que j’ai grandi, j’ai mûri.

Vous arrive-t-il de raconter des salades ?
Au début surtout. Les quinze premiers jours, j’ai enchaîné les interviews. Je dois avouer que je racontais parfois des salades. Comme les questions étaient souvent les mêmes, cela me permettait de m’amuser un peu !

Qu’est-ce qui est le piment de la vie ?
La découverte. Je suis très curieuse, j’adore goûter de nouvelles choses, aller à la rencontre de personnes. Miss France, c’est idéal pour ça !  

Haute comme trois pommes, rêviez-vous déjà d’être Miss France ?  
Pas du tout ! Pour moi être Miss France c’était un peu comme gagner au loto, c’était pour les autres. Quand j’ai commencé ma scolarité à l’EGC un ami m’a dit connaître Miss Picardie. J’étais très étonnée car j’étais persuadée que les Miss étaient choisies sur casting et qu’on leur "attribuait" ensuite des régions. J’étais loin d’imaginer que cela puisse être possible pour une fille lambda.

Où vous voyez-vous lorsque vous serez fripée comme une pomme reinette ? 
Avec des enfants, dans une maison proche de la mer. Plutôt mer du Nord. Cela dit, j’ai découvert le bassin d’Arcachon, j’y ai vu des maisons magnifiques.

Qu’est-ce qui ne vous met pas dans votre assiette ?  
Quand je commence une journée de mauvais pied. En général, elle ne s’arrange pas… J’ai eu pas mal de journées galère comme ça cette année.  

Quelle recette n’est pas du gâteau ?
A peu près tout ce que j’essaie de cuisiner ! J’adore les épinards mais je suis incapable de les réussir, ils sont soit toujours brûlées, soit imbibées d’eau.

Retrouvez-là sur les réseaux sociaux 
Facebook : @MissFrance
Twitter : @MissFrance