Le champignon : animal ou végétal ?

Sous son chapeau, le champignon cache plus d'un mystère. Décryptage.

Quel est donc ce végétal sans racine, ni tige, ni feuille, sans fleur, ni chlorophylle ?

Sans floraison… pas de fécondation… pas de graines : quelle bizarrerie que ce champignon. Comment peut-il se reproduire ? « Génération spontanée ! » affirmait-on jusqu’au XIXe siècle. Ainsi le filament minuscule du Penicillium qui persille votre roquefort, ou le cèpe dodu sur fond de sous-bois apparaissaient comme ça ? Pouf !

Le microscope au XVIIe siècle, révéla qu’une fine poussière de particules, aussitôt appelées « spores » s’échappait du champignon à maturité… Qui ne pouvaient pas être des graines.

Vers 1830, un chercheur notait bien que ces « spores », exposés à la chaleur et l’humidité, formaient des filaments blancs, un mycellium. Forme inconnue de reproduction ? On restait sceptique.

Finalement, oui. C’était bien à partir du mycellium, milliers de filaments s’entrecroisant, véritable arbre souterrain, que naissait le champignon. 

Un végétal donc !  

Mais c’était agaçant ! De quoi vivait-il ? Les végétaux, eux, sont autonomes : la racine aspire les nutriments du sol, dilués dans l’eau, le feuillage, avec l’énergie solaire, change la sève en nourriture. Mais sans feuille, ni racine ?

Alors, animal ? Qui de fait, vit de matière organique déjà fabriquée. Et rusé avec ça ! Son mycellium s’infiltre partout, absorbe l’eau nutritive qu’il tire du bois, de la matière organique en décomposition, de l’humus. Ou bien squatte carrément les radicelles des arbres. Stratégie du donnant-donnant : « tu me nourris et en échange je te fournis des sels minéraux qui te manquent ». De la pure économie solidaire ! Décidément, c’était là une nouvelle famille : le Règne Fongique. 

La génétique a mis tout le monde d’accord. Parmi les milliers de champignons connus, du plus infime et virulent, au plus charnu et délicieux, certains seraient de proches parents des animaux alors que d’autres, les pseudochampignons, se rapprocheraient des plantes.

Et nos champignons comestibles dans tout ça ? Morilles, cèpes, girolles ? Bien plus riches en protéines et sels minéraux que n’importe quel autre végétal, ils sont précieux : un véritable complément alimentaire naturel. Nos ancêtres l’avaient bien compris. Mais de cela, nous parlerons peut-être une autre fois.