Soupes et vins: apprenez à les marier

Avec l’hiver qui approche, l'envie de déguster une bonne soupe bien chaude en rentrant le soir se fait sentir. Pour une dégustation pleinement réconfortante, on vous explique comment l'accompagner du verre de vin qui va bien.

Le froid de novembre s’abat sur l’Europe, et vous vous demandez ce qui va pouvoir vous réconforter. Notre suggestion : une bonne soupe. Vous y auriez sûrement pensé vous-mêmes vu que les Français en consomment presque 12 litres par an et par personne. Mais savez-vous les accorder avec les bons vins ? L’équipe du coffret vin My VitiBox et moi-même avons quelques chouettes suggestions à vous faire. A vos légumes, prêt, partez ! 


Le grand classique : le parfait accord vins et soupes de légumes secs 
La mauvaise nouvelle, c’est que les potages de légumes frais ne s’entendent qu’à moitié avec le vin. Les saveurs végétales amplifient l’amertume des tanins du rouge et leur acidité durcit les vins blancs donnant un goût légèrement métallique en bouche. Néanmoins, vous pouvez toujours faire chabrot. Cette délicieuse tradition occitane consiste à mettre une cuillère à soupe de rouge dans votre potage. En revanche, les soupes de légumes secs, peu acides et plus onctueuses, s’entendent bien avec de nombreux vins. Soupes de lentilles, fèves ou haricots s’accorderont très bien avec des vins à la texture onctueuse, et aux palettes aromatiques riches qui rehausseront les saveurs parfois un peu fades des légumes secs. Essayez par exemple des Côtes-du-Rhône blancs ou des vins blancs de Graves pour les inconditionnels de Bordeaux. Si vous souhaitez découvrir facilement de nombreux vins délicieux de tous les terroirs, je vous recommande de souscrire à un abonnement vin. 

Quelle union vin-bouillon ?
Les bouillons ont passé beaucoup de temps au contact de la viande ou des légumes ou des deux. Or, comme vous l’apprendrez en suivant un stage oenologie, cela change complètement les dynamiques gustatives à l’oeuvre en bouche entre les aliments et le vin. Même si des légumes étaient présents dans la marmite, la règle est de ne garder que la viande, plus puissante, comme ingrédient de référence. Ainsi, les bouillons sont des soupes plus ou moins grasses aux saveurs plus ou moins marquées. C’est donc l’ingrédient qui a servi à parfumer le bouillon qui va déterminer le vin que vous allez servir pour ce dîner réconfortant au coin du feu. Pour un bouillon de boeuf, choisissez un rouge bien sec élevé au moins en partie en fût de chêne. Les très nombreux syrah-grenache-carignan du Languedoc sont tout indiqués. Pour un bouillon de poulet, il faudra un blanc sec et fruité pour équilibrer les saveurs très iodées de la peau du poulet. Un Côtes-du-Rhône blanc sera là encore un très bon choix. Enfin, si vous optez pour un bouillon de légumes (un classique pa­tates-carottes-poireaux par exemple), réveillez les saveurs douces des légumes avec un blanc vif, pourquoi pas un sauvignon de Loire.

Quel vin pour une belle soupe de poisson ?
Que vous l'agrémentiez de croûtons et de fro­mage, la soupe de poisson offre au palais des saveurs plus complexes et intenses qui demandent un vin puissant et riche en arômes. Nous vous proposons le chenin de Loire en version blanc sec, prioritairement de Vouvray ou de Savennières, deux appellations ayant une forte identité gustative. Bien mariés, vins et plats peuvent créer des cocktails parfaitement détonants, mais reste encore à savoir comment choisir le bon vin pour le bon mets. Pour cela, venez découvrir les grandes règles des accords mets et vin dans notre cours d’oenologie académique VOG 1.