Comment bien choisir un melon

Ah, l'épineux choix d'un "bon" melon... La bonne nouvelle c'est qu'il suffit d'être attentif à quelques détails et vous serez forcément couronné de succès dans votre quête de l'heureux élu !

Vous avez peut-être déjà entendu qu'un melon femelle serait plus parfumé qu'un melon mâle, euh... à moins que ce ne soit l'inverse ?... Laissez tomber ! Le secret ne se trouve pas de ce côté, les melons de nos étals étant asexués.

Faire appel à ses sens

Revenons plutôt à l'essentiel : ce que l'on recherche tous dans un "bon" melon, c'est sa saveur sucrée et parfumée. Or son goût est directement lié à sa maturité. Et bonne nouvelle, le melon n'est pas avare d'indices indiquant qu'il est mûr à point !

Il faut savoir que plus un melon est mûr, plus il est lourd. Il faudrait donc soupeser la bête pour pouvoir comparer avec ses petits copains. Mais pour ma part je ne suis pas très douée à ce jeu, suivant que je tienne le melon de la main droite ou de la gauche, il ne me semble déjà pas peser le même poids !

Le truc que j'utilise plutôt à chaque fois, c'est de regarder au niveau du pédoncule (également appelé "pécou"). Quand le melon est bien mûr, on doit voir autour une craquelure en forme étoilée comme s'il allait bientôt se détacher.



Une fois que cette étape est validée, je sens le melon qui doit être bien parfumé... mais pas trop ! En effet le melon est un fruit qui a la particularité de dégager de l'éthylène (comme la banane) qui va continuer de le faire mûrir et de renforcer son goût, même après récolte ! C'est d'ailleurs pour ça qu'il doit être consommé assez rapidement après l'achat et conservé au frais pour ralentir le processus. D'ailleurs n'oubliez pas de l'emballer dans un film ou un sac fermé pour qu'il ne parfume pas tout le frigo !

Au moment du choix, vous pouvez aussi tâter délicatement le melon qui doit rester souple au toucher.

Par contre, qu'il soit lisse ou brodé, petit, moyen ou gros, ce qui importe c'est qu'il soit mûr ! Il peut même avoir une marque plus claire sur l'une de ses faces qui correspond simplement à son contact avec le sol pendant son développement.

Melon trop doux ou melon trop fort à votre goût ?

Si au moment de la préparation, vous vous apercevez que votre melon ne correspond pas à vos attentes, pas de panique, voici quelques astuces culinaires !

Pour donner du "pep's" à un melon, rien de tel que de l'associer à des épices, du vin ou de la charcuterie. D'ailleurs, c'est une coutume très ancienne qui nous vient du Moyen-Age ! Le melon était alors considéré comme un aliment "froid" (rafraîchissant) qu'il fallait compenser par des aliments "chauds" (revigorants). D'où la tradition de le manger avec du sel et du poivre, du Porto ou du jambon cru !

Histoire de rajouter un zeste de modernité, on peut aussi préparer un carpaccio de melon arrosé de vinaigrette acidulée ou des billes de melon au sirop infusé à la badiane.



A l'inverse, un melon qui vous semblerait trop fort s'adoucira en l'intégrant en petits dés dans une salade de fruits, en préparant un gaspacho à la menthe ou en le transformant en sorbet.


Annelyse Chardon, cuisinière itinérante, consultante et styliste culinaire

Cette chronique est rédigée dans le cadre d'une campagne financée avec le concours de l'Union Européenne

Crédits photos : 
©Bernard Miozzo / SIPMM Melon
©Le Melon de nos régions