Le melon : tout savoir sur le légume

Le melon est un sacré numéro ! Il est doux et sucré comme un fruit... mais on le mange souvent en entrée. On l'appelle parfois charentais mais y a-t-il vraiment un rapport avec les Charentes ? Faisons le point sur ce melon farceur, star de nos assiettes estivales !

Commençons par rétablir la vérité botanique : le melon est un légume et le "nom" charentais n'a absolument rien à voir avec le département des Charentes, et oui !
Un légume-fruit qui a tout bon
Le melon fait partie de la famille des courgettes, courges et autres cucurbitacées. Mais contrairement à ces autres légumes, le melon renferme du sucre ce qui nous fait le considérer comme un fruit et tant apprécier son goût. Pas de quoi s'affoler pour autant ! Le melon est quand même constitué à 90% d'eau, ce qui le rend très désaltérant et en fait l'un des fruits les moins caloriques aux 100 g. Ajoutez une bonne teneur en vitamine A, en vitamine B9, en potassium et le melon a tout bon côté atouts nutritionnels.

Le melon charentais, star du goût 
Le melon est cultivé dans le Sud-Est, le Sud-Ouest et le Centre-Ouest de la France. L'appellation "charentais" n'a donc rien à voir avec son origine de production. C'est tout simplement le type de melon que l'on retrouve partout sur nos étals, plutôt ronds, avec des stries vertes plus ou moins marquées et une peau lisse ou brodée.

Pour être plus précis, il existe même deux types de melon charentais : le jaune et le vert. Ce dernier, qui est majoritairement produit au Maroc et un peu en Espagne, a la particularité de garder une peau verte qui ne jaunira pas, même à maturité. Mais il n'y a pas qu'une subtile histoire de couleur pour les départager. En réalité c'est surtout dans l'assiette qu'on va sentir la différence : le melon charentais jaune a la capacité lorsqu'il murit de dégager beaucoup d'arômes, les scientifiques en ont mesuré jusqu'à 80.

Pas étonnant donc que ce soit le type de melon que nous consommons le plus en France, pas loin de 4 kg par personne, sur une saison qui s'étire de mai à septembre.


Annelyse Chardon, cuisinière itinérante, consultante et styliste culinaire


Cette chronique est rédigée dans le cadre d'une campagne financée avec le concours de l'Union Européenne.
Crédits photo : 
©Shutterstock
©Philippe Dufour - Interfel