Cuisine d'Afrique : le manioc dans tous ses états !

Le manioc, plante d'Afrique noire est à l'origine de plusieurs recettes en Afrique. De Dakar à Antananarivo, de Libreville à Mamoudzou, il est cuisiné de différentes manières. Nous vous invitons dans cette chronique à découvrir ses différents usages.

Aujourd'hui, cap sur l'Afrique verte, l'Afrique équatoriale : nous allons parler du manioc. Le manioc est à l'origine, une plante originaire du brésil. Elle a été introduite en Afrique au 16ème siècle.
Les tubercules de manioc (racines) peuvent être consommés tels quels une fois bouillis. Dans les pays du golfe de Guinée (Congo, Gabon, Cameroun, Bénin, Togo, Nigéria, etc), ils sont bouillis,  pilés puis transformés en pâte : c'est le célèbre foufou ! En Côte d'Ivoire, les tubercules de manioc sont la matière première de l'attiéké, couscous de manioc qui a traversé les frontières du pays. Au Gabon, on en fait une sorte de pain de manioc appelé mbô en langue fang, chikwangue au Congo.
Comme le dit l'expression "dans le cochon tout est bon !", on dirait de même "dans le manioc tout est bon" car les feuilles de manioc sont également utilisées pour préparer de délicieux mets. Une fois pilées ou mixées, elles constituent la sauce dite saka-saka (ou feuilles de manioc au Gabon) dont la recette est sur www.afrikathome.com. Sur la grande île, Madagascar, ce plat est appelé "Ravitoto" et on le retrouve également aux Comores, en Guinée (voir la recette du Mbourokhé).
Sur www.afrikathome.com, vous trouverez tous ces usages du manioc. Vous pourrez ainsi parcourir, la cuisine africaine d'Abidjan à Antananarivo en passant par Libreville.

Bonne semaine à tous et à très bientôt à la découverte d'une autre spécialité africaine !

Et aussi, les recettes au manioc sur le Journal des Femmes.