L'encyclopédie de la Cuisine
Chercher Tous les produits  Tous les termes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Z

Girolle  

Tout sur... la girolle


Saisons, Histoire, composition, bienfaits, recettes... Les conseils pour la choisir, la cuisiner et la conserver
Imprimer Envoyer
  •  
  • Recettes

  •  
Risotto aux champignons
Risotto aux champignons
Dôme feuilleté aux noix de St-Jacques et girolles
Dôme feuilleté aux noix de St-Jacques et girolles
Croustillant de foie gras aux champignons des bois
Croustillant de foie gras aux champignons des bois
Omelette aux champignons
Omelette aux champignons
  •  
  • Saisons

  •  
Janv. Fev. Mars Avril Mai Juin Juill. Aout Sept. Oct. Nov. Dec.
         
       
 Meilleur mois
 En primeur
Tous les produits, tous les mois
  •  
  • Bienfaits

  •  

Bienfaits
La girolle fait partie des végétaux les plus légers, ainsi son apport calorique ne dépasse pas les 15 kcal/100 g. Veillez à préserver cet atout, en contrôlant l'ajout de matière grasse lors de la cuisson. Riche en fibres (3 g/100 g), la girolle est également bonne pour le fonctionnement du transit intestinal.

Valeurs nutritionnelles pour 100g

  • Protéines 2 g
  • Glucides 0,5 g
  • Lipides 0,5 g
  • Calories 15 kcal

Très bien pourvu en protéines (2 g/100 g), chose rare pour un légume frais, ce champignon contient également une quantité très importante de minéraux. Du potassium, du phosphore et du fer, mais surtout une quantité de sélénium hors norme. Ce nutriment, qui entre dans la composition d'enzymes aux vertus antioxydantes, fait souvent défaut à notre organisme. La girolle contribue à pallier efficacement ce manque.

On trouve également sous son chapeau un panel complet de vitamines. Toutes les vitamines B sont représentées, mais son atout est de renfermer des vitamines plus rares : D, essentielle au développement osseux, E, qui protège du vieillissement prématuré des cellules, et K, qui favorise la circulation sanguine.

Alors courez donc à la cueillette de ce joli champignon, votre organisme en profitera tout autant que vos sens !

  •  
  • Dégustation

  •  
Choisissez-la avec un chapeau et un pied très ferme, sans tâche, et de couleur uniforme. Elle doit être sèche et veloutée au toucher et totalement exempte de viscosité. De manière générale, privilégiez les girolles françaises qui seront toujours plus fraîches que celles des pays de l'Est.
Et, si vous avez la chance d'aller en forêt les cueillir vous-même, n'oubliez pas de passer chez le pharmacien avant de rentrer chez vous, pour qu'il vous confirme que le contenu de votre panier est bien comestible.


Conservez-la quelques jours dans un endroit frais ou dans un sac plastique perforé dans le réfrigérateur. Prenez soin d'elle, elle est très fragile. Elle peut se conserver en bocal, à l'huile ou au vinaigre, ou encore séchée.
On peut également la congeler. Pour cela, il suffit de la faire cuire aux 3/4 ; ainsi, au moment de l'utilisation, le dosage sera plus facile et il faudra juste finir la cuisson sans décongélation préalable.

Ne la lavez pas sous l'eau
. Véritable éponge, la girolle se gorge de cette eau et perd alors tout son goût. Pour la nettoyer, plusieurs écoles : certains la grattent avec la pointe d'un couteau, d'autres la brossent, d'autres encore l'essuient avec un linge humide. Quelle que soit la méthode adoptée, il faut toujours ôter les parties abîmées ainsi que la base terreuse au préalable.

Consommez-la poêlée, comme les autres champignons, avec ou sans matières grasses. Une précaution toutefois : une cuisson trop vive la rend caoutchouteuse. Alors, à feu moyen, on la laisse rendre son eau avant de lui ajouter de l'ail et du persil.

Seule ou mélangée à d'autres espèces, c'est un vrai régal qui accompagne à merveille les plats de viandes blanches, la côte de veau et le rôti de porc notamment, mais aussi le lapin, le foie gras et les poissons nobles tel que le turbot ou la sole. L'omelette est une préparation qui lui va bien, tout autant que le flan. Posez-la sinon sur un lit de salade verte, à côté de magret de canard fumé. Pour un dîner simple et raffiné à la fois, cuisinez-la en risotto ou servez-la avec des tagliatelles. Enfin, marinée dans une vinaigrette aux fines herbes, on peut même la déguster crue, émincée en carpaccio.
  •  
  • Histoire

  •  
La girolle, appelée aussi chanterelle ciboire, pousse dès la fin du mois de mai, dans les forêts claires de chênes des pays tempérés. Les plus fortes poussées ont lieu, cela dit, en plein été, quelques jours après les pluies orageuses.

On trouve souvent cette cantharellus cibarius dans les mousses. Mesurant entre 5 et 10 cm, on la différencie de la chanterelle à son chapeau jaunâtre en forme d'entonnoir de 2 à 8 cm de large, et à ses rides profondes (et pas des lamelles) sous celui-ci. Sa chair est blanc crème ou jaune clair. Légèrement molle, elle a une saveur et une odeur délicieusement fruitée.

Attention : ne la confondez pas avec le clitocybe de l'olivier, très toxique. Sa couleur orangée tire vers le cuivré. Son chapeau abrite de vraies lamelles, fines et serrées. Il parasite en règle générale les souches d'oliviers et de chênes.

Une autre espèce, comestible cette fois, lui ressemble également : le clitocybe orangé (appelé aussi fausse girolle). On le différencie à sa taille plus petite et à ses lamelles fines et bifurquées. Sa chair, plus molle, est aussi moins goûteuse. Prenez garde toutefois à ne pas consommer ce sosie de la girolle en trop grandes quantités car il a un effet purgatif.
 
Chercher Tous les produits  Tous les termes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Z
 
Magazine Cuisiner Imprimer Envoyer Haut de page