Turbot

Comment cuisiner le turbot, le conserver, à quelles saisons le déguster pour une saveur optimale... découvrez tous les secrets de ce délicieux poisson.

Turbot
© Fabio Pagani - 123RF

Histoire et caractéristiques du turbot

Le turbot appartient à la famille des scophtalmidés. Il s'agit d'une des plus grandes espèces de poisson plat. Il possède les deux yeux du même côté (le gauche), tournés vers la lumière. Le turbot est un poisson caméléon. La couleur du côté tourné vers la surface varie en fonction de celle de son environnement. Le turbot est généralement de couleur brunâtre, parsemée de tâches blanches et noires. La face inférieure peut également être pigmentée, ce qui est rare chez les poissons plats. La peau du turbot ne possède pas d'écaille mais des tubercules osseux

Il atteint sa taille commerciale minimum (30 cm) à l'âge de trois ou quatre ans. On le trouve alors près des côtes, desquelles il semble s'éloigner avec l'âge. Le mâle peut vivre jusqu'à 20 ans, la femelle jusqu'à 30 ans.

Le turbot est un poisson tellement rare qu'il ne peut faire l'objet d'une pêche dédiée. On le pêche donc de façon "annexe", c'est-à-dire par hasard au milieu d'autres espèces dans les mailles des chaluts de fond. La production annuelle française, qui représente entre 600 et 800 tonnes de poisson, provient essentiellement de la Manche, du golfe de Gascogne et, dans une moindre mesure, de la Méditerranée. Toutefois, le turbot est aussi pêché sur des petits bateaux à palandre le long des côtes bretonnes, au niveau de l'île d'Ouessant en particulier.

La rareté du turbot a conduit à en faire l'élevage dans des fermes aquacoles. Si les poissons issus de cet élevage sont moins chers, ils sont également moins bons que les turbots sauvages, tant au niveau du goût que des qualités nutritionnelles. Ils sont en effet plus gras et leurs graisses sont de moins bonne qualité.

A quelle saison manger le turbot

Le turbot se déguste en primeur pendant les mois de mars, avril et octobre ; c'est la pleine saison de la dégustation du turbot en janvier, février, novembre et décembre.

Les calories et les infos nutritionnelles du turbot

Le turbot est un poisson riche en protéines (16 g pour 100 g) de bonne qualité. Il peut donc remplacer la viande dans le cadre d'une alimentation équilibrée. Il vous apporte également de l'énergie grâce aux vitamines contenues dans sa chair.

Poisson maigre, les graisses fournies par le turbot sont peu importantes (6 g de lipides pour 100 g) et bénéfiques pour votre santé, car il s'agit essentiellement d'acides gras mono-insaturés. Le turbot est donc un aliment qui se digère très bien, même pour les estomacs les plus sensibles.

Valeur nutritionnelle du turbot pour 100 g  
Protides 16 g
Glucides 0 g
Lipides 6 g
Calories 116 kcal
> Plus d'infos sur les calories du turbot 

Comment choisir le turbot

Le turbot est un poisson rare et pourtant très recherché pour la finesse de sa chair, alliée à ses qualités nutritionnelles. Cette rareté confrontée à une demande importante explique le prix élevé du turbot. Les gourmets apprécient la fermeté, la finesse et la saveur de sa chair blanche. 

Il est important de s'assurer de la fraîcheur du poisson avant de l'acheter. Pour cela, il faut vérifier que sa peau soit luisante, d'aspect ferme et couverte de limon. Cette dernière exigence est le signe que le poissonnier n'aura pas lavé le poisson. Sur les étals, le turbot est présenté entier et vidé. Le poissonnier se chargera donc de le préparer à votre guise, selon la façon dont vous voulez le cuisiner.

Comment cuisiner et déguster le turbot

Le turbot, comme tous les poissons plats, donne une proportion de déchets très importante : environ 50 %. Comptez donc entre 250 et 300 g de poisson par personne. Quel que soit le mode préparation, vous devrez faire attention à ne pas le laisser cuire trop longtemps, car sa chair perdrait alors de sa saveur et de son moelleux.

De multiples recettes sont possibles avec le turbot. On l'apprête souvent avec des fruits de mer – langoustines, écrevisses, homard ou bisque. Ce poisson s'accompagne également très bien de champignons, en particulier de truffes.

Si vous souhaitez cuisiner le turbot entier, vous pourrez notamment le pocher dans un court-bouillon. Il vous faudra pour cela disposer d'un plat spécial : une turbotière. La forme caractéristique de ce plat, en losange, est très adaptée à celle du poisson. Le turbot entier peut également être grillé, en particulier les "turbotins" (petits turbots pesant entre 800 g et 1,2 kilos). Il peut aussi être braisé au four. On l'accompagne alors souvent d'une sauce.

On peut également apprêter le turbot en filet. Les filets peuvent être confectionnés en paupiette avant d'être cuisinés.

D'une manière générale, le turbot entier peut être cuisiné comme la barbue et le saint-pierre, tandis que les filets de turbot s'apprêtent comme les filets de sole.